Compte rendu de la réunion du Grand Chapitre Français du 19 novembre

Publié le par Le Myosotis Corse

La réunion d’automne devait être une simple formalité pour entériner le fait que Philippe Thomas succédait  à Paul Fallet.

 

La prise de position de Ph Thomas  pour renouer le dialogue avec la GLNF et François Stifani a fait que Michel Descours  s’est  porté volontaire pour la charge de Suprême Commandeur, et continuer la politique du GCF en dehors de la GLNF tant que le pouvoir en place ne serait pas changé.

 

La journée de samedi a vu une assemblée générale nombreuse ; au cours de cette AG les candidats se sont exprimés sur leur vision de la politique du GCF à mettre en place ; malheureusement la présence de M Zec. GMP de Paris grande arche a gâché la fête.

 

Il a, par des mots de délation, par des comportements non maçonnique fait que la salle l’a hué, la conspué et traité de quelques noms d’oiseaux, ce qui toute somme fut largement mérité.

 

Le comportement de ce monsieur a bien fait prendre conscience aux participants de ce qu’était devenue la direction de notre GLNF, une assemblée de non maçons et mes mots sont en deçà de la vérité.

 

Ceci a eu pour conséquence l’élection de Mi  Descours en place de PH Thomas.

 

Nous devons remercier PH Thomas pour tout ce qu’il a apporté dans cette journée comme honneur, comme comportement digne et vraiment maçonnique.

 

C’est un grand maçon, un honnête homme  et personne ne peut contester ce fait.

 

La journée s’est ensuite déroulée tranquillement et sereinement,  le Grand Chapitre Français ayant fait la démonstration de son unité, de ses valeurs et de sa force.

 

L’après midi a vu deux planches par les frères Cyril Thomas et Philippe Thomas, planches qui nous ont replongé dans le cœur de nos travaux.

 

Pour information, le fait que Michel Descours devienne Suprême Commandeur fait que notre frère René Lota devient Lieutenant Commandeur, c’est-à-dire le n°2 du GCF.

 

Je ne ferai pas de commentaires particuliers sur cette nomination, on pourrait me taxer de parti pris ; je laisse donc le soin aux autres de le faire.

 

En conclusion, cette journée fut belle, car démonstratrice de l’unité des frères du rite français devant la crise qui nous secoue.

Publié dans Articles

Commenter cet article