De la conscience individuelle au respect du règlement

Publié le par Le Myosotis Corse

Mes frères,

 

Le GMP P. S. croyant agir pour le bien de la GLNF et de la Province Corse s’est trompé une fois de plus de cible, car ma suspension aux motifs honteux a déclenché chez certains frères une prise de conscience individuelle de ce qui était acceptable et de ce qui ne l’était pas.

 

Je dois avouer en toute modestie que mon nom est même cité dans une ordonnance de suspension d’un RF à l’île de la réunion au prétexte qu’il pense comme moi ;  ceci est une anecdote mais symptomatique de la situation actuelle, ou l’on coupe toutes les têtes qui dépassent.

 

Revenons à ce qu’est une conscience individuelle et à ce texte :

 

La conscience individuelle se caractérise entre autres comme étant la liberté de chacun de penser, d'avoir des idées, des opinions. Dans cette perspective, le sujet interroge la possibilité, pour un gouvernement ou une instance politique, de passer outre cette liberté et de soumettre l'individu totalement, extérieurement et intérieurement, faisant alors fi de sa liberté de conscience.

 

 Si l'individu dans sa totalité (tant intérieurement qu'extérieurement) peut et doit se soumettre à la volonté politique, alors la politique ne se transforme-t-elle pas en une politique despotique soumettant l'homme au prix de sa liberté ?

 

Tout est dit dans ce texte, un homme, un maçon libre peut il  accepter « l’inacceptable » de la part d’un pouvoir en place sans que sa conscience ne vienne lui dire qu’il faut changer ce pouvoir.

 

Comment un homme, un maçon peut il tourner le dos à sa conscience sous le prétexte que le règlement lui interdit de voir un frère .

 

Avoir une libre conscience, c’est mettre en pratique sa pensée, c’est à dire de pouvoir dire à un frère qu’on l’aime et  lui tenir la porte de la maison ouverte.

 

Des frères et des loges entières ont pris conscience que le pouvoir en place était néfaste au bon fonctionnement de la maçonnerie que nous voulons  et ceci au fur et à mesure des prises de positions de Paris et surtout de notre Province.

Des frères qui viennent nous dire presque en cachette, nous ne voulons plus  de F S mais nous ne pouvons le dire sous le prétexte de se battre de l’intérieur ;  il y a longtemps un homme a dit :

 

Vous avez voulu éviter la guerre au prix du déshonneur. Vous avez le déshonneur et vous aurez la guerre

Winston churchill


Des frères me disent qu’il faut suivre le règlement, que l’on ne peut se parjurer en rapport à notre prestation de serment, mais qui a entrainé la GLNF où elle en est à l’heure actuelle en bafouant nos us nos coutumes et nos règlements ?


A ce moment de l’histoire il faut suivre sa conscience et ne pas trouver de faux prétextes pour rester dans une maison qui a perdu toutes ses valeurs et ses repères.


A ce moment de l’histoire il faut savoir ce qu’est la fraternité, l’amour de son frère et vivre avec sa conscience.


A ce moment de l’histoire il faut savoir refuser les diktats.


La reconstruction est en marche et rien ne l’arrêtera, rester dans la maison pour ne pas avoir à subir les foudres d’un  GMP sans légitimité, c’est ne rien comprendre a la situation et accepter la solution de facilité.


Ne pas dire au GMP,  nous ne sommes pas d’accord avec toi, nous ferons ce que notre conscience nous guide, c’est accepter de facto la présence de FS à la tête de la GLNF ; alors mes frères ayez le courage de dire, cette GLNF me convient et je veux y rester et faisant cela vous serez respectés comme des hommes courageux.


Se soumettre au règlement, se soumettre a des actes indignes de frères, c’est tourner le dos à sa conscience et de fait tourner le dos aux frères.


Mes prises de positions font que des frères de hauts rangs proches du pouvoir en place m’appellent pour me dire que je me trompe, mais aussi pour me dire qu’ils m’aiment, je préfère cent fois cela, a des frères qui me disent qu’ils m’aiment, mais qui me trompent sur la qualité de leur amour fraternel.

Il faudra qu’un jour (et ce jour est proche) chacun puisse se regarder dans la glace et se dire ai je bien agi en tant qu’homme et frère.


La fracture est annoncée, la séparation consommée, car comment continuer à travailler sur les mêmes colonnes quand les pensées et l’action sont totalement opposées.


Février sera le printemps annoncé en avance et ce printemps verra refleurir une  vraie maçonnerie, pas celle qui exclut et rejette les frères sous le prétexte d’un règlement sans conscience.


Les frères qui ne seront plus avec nous seront dans une autre obédience, la leur, celle qu’ils auront choisi, mais surement pas la notre, celle du cœur, de la conscience et non du règlement inique.

Je vous embrasse.


Marc Germain

Publié dans Myosotis

Commenter cet article

Belespoir 22/12/2011 14:55

Mon BAF Marc, ton billet m'a touché. Il est évident qu'aujourd'hui certains tentent de nous faire considérer que prêter serment revient à leur cirer les pompes... Et bien non. Bon courage, Marc,
nous nous retrouverons de l'autre côté quand il sera temps... Frat.

Jacque Gallas 18/12/2011 11:47

Mon BAF Marc,
Tu écris : "Des frères me disent qu’il faut suivre le règlement, que l’on ne peut se parjurer en rapport à notre prestation de serment, …".
Je l'ai également entendu cette "excuse", ce à quoi je répondais : "De quel serment parles-tu ? De celui pris comme G.O. ? par lequel tu jures, à genoux, la main sur le VLS, obéissance à un GM ou
un GMP nommément précisé, c'est à dire à une personne ; et tu fais passer cet engagement de servilité AVANT tes serments d'Ordre d'A., de C., de M. et de V.M. ?
Désolé, avancer cette "excuse" ne révèle en fait que veulerie et absence totale d'amour propre… sans parler de l'irrespect des Écritures !
Bizatoi Marc
Jacque Gallas - 18559 - Un peu en retard sur toi, la demande est partie mais la radiation ne m'est pas encore signifiée !

F. Jean des Entommeures 17/12/2011 13:57

Tu as très bien dit mon TCF Marc. Mais ce n'est pas la peine de tendre le miroir à ceux qui, comme le diable, n'ont plus de reflet. N'ayant pas été vraiment initiés, ils ne connaissent pas
l'importance du "juge de apix".