L’impasse fraternelle…

Publié le par Le Myosotis Corse

Quel drôle de pied de nez nous fait le destin, si tant est qu’il soit pour quelque chose dans tout ça. En tout cas nous pouvons être certain que ce que nous vivons au sein de notre obédience et pour peu que nous soyons accueillants aux apprentissages, est vraiment de nature à nous faire progresser.

 

Pouvions-nous penser, il y a quelques années, que nous serions autant remontés les uns contre les autres, que les mots parfois, revêtiraient le vil costume des insultes et des injures, que nos parjures seraient si proches de nous que nous pourrions les observer se dandiner fièrement devant nos épées menaçantes ?

 

Pouvions-nous penser, il y a quelques années, que des frères avec qui nous cheminions depuis si longtemps prendraient une voie aussi différente de la nôtre. Que ces différences feraient de nous des adversaires au sein même de l’application d’un art que l’on voudrait royal et qui ne montre, ces derniers mois, que les pires aspects profanes ?

 

Pouvions-nous penser, il y a quelques années, que nous sommes encore si loin de ce centre que nous aspirons à atteindre ? Nous tournons comme des derviches autour de cette circonférence faite de métaux, d’éclats trompeurs, de lueurs profanes et illusoires, d’une matérialité à laquelle nous aspirions tant à nous détacher.

 

Avons-nous si peu réussi notre parcours pour en être arrivé à de telles démonstrations d’hostilité envers des personnes que nous reconnaissions pour frère lorsqu’ils étaient d’accord avec nous et que nous poussons dehors dès lors qu’ils émettent un avis divergent et, de leur point de vue, tout aussi louable ?

 

Nous devons retrouver notre raison et travailler ensemble vers une sortie de crise honorable, retrouver notre raison en ne nous trompant pas de cible, retrouver notre raison en ancrant nos convictions, en assouplissant nos certitudes et en fortifiant nos espérances.

 

Il n’y aura pas de victoire si des frères sont abandonnés, mis à l’écart ou exclus. Ne répétons pas les schémas contre lesquels nous nous sommes levés. Soyons créatifs et rassembleurs, généreux et accueillants et montrons-nous à nous même que tout cela n’est pas vain, est constructif et de nature à rebâtir et consolider la GLNF.

 

Ce discours pourra apparaître démagogique à certains, on pourra également le qualifier comme un banal poncif qui n’apporte rien au débat, on pourrait aussi rester dans une opposition stérile, en attendant que les choses se règlent ou soient réglées par d’autres. Oui, nos choix sont divers et variés, comme tous nos choix de vie, ils vont du laxisme à l’excès.

 

La voie du milieu, celle du consensus, passe forcément par une prise de position, l’expression de limites acceptables et, au bout du compte, une liste de concessions tolérables en vue de rassembler le plus grand nombre autour d’un cadre commun qui constituera la base d’une renaissance.

 

Merci mes frères de ne pas donner à ce message, qui est juste l’expression d’un point de vue modéré, de commentaires agressifs ou querelleurs. Ce serait de nature à contribuer à solidifier le mur que nous avons commencé à bâtir entre nous et qu’il convient, au contraire, d’abattre.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

nicolas r. 03/03/2011 21:03


excusez cette question un peu naive mais qu'en est-il des comptes de la glnf?


Le Myosotis Corse 04/03/2011 08:21



Ils n'ont toujours pas été voté, de la même manière que le budget et le montant des cotisations.


Sur l'article "Maître Legrand ouvre les yeux." il est fait mention d'une trésorerie douteuse pour laquelle l'avocat de FMR demande des explications.


Nous publierons toutes les informations que nous aurons au fur et à mesure.