Le Rocher résiste au maçon

Publié le par Le Myosotis Corse

La GLNF rêvait d'initier le prince Albert comme chef de sa "filiale" de Monaco.

Par François Koch, publié le 17/03/2010 à 10:48 - mis à jour le 17/03/2010 à 11:09 


Rocambolesque. La tentative de François Stifani  de créer une "obédience-fille" sur le rocher de Monaco, en proposant au prince Albert II d'en être le grand maître, a tourné au fiasco. La folie des grandeurs ? Sur le papier, le plan de conquête apparaît presque parfait. Le catholicisme étant la religion d'Etat de la principauté de Monaco, les francs-maçons n'y sont, a priori, pas bienvenus. Pour lancer son projet, la GLNF va bénéficier de l'aide précieuse d'un de ses frères qui a de solides entrées au palais princier: Franck Nicolas, 50 ans, un poète et ami d'enfance du prince Albert, tous deux ex-partenaires de bobsleigh. 

Grâce à lui, le 30 janvier 2009, le bulletin officiel de la principauté de Monaco annonce la création de la Grande Loge nationale régulière de la principauté de Monaco  (GLNRPM). Dès le 7 mars 2009, au palais Acropolis de Nice, François Stifani donne patente à trois loges "à l'Orient de la principauté de Monaco". Dénommés la Sainte Grâce, la Porte neuve et Jean Monoïkos, ces ateliers ont pour vénérables Claude Boisson, ancien vice-président du Parlement monégasque, Jean-Pierre Pastor, consul de Monaco à Cuba, et Franck Nicolas en personne. Pourquoi un tel empressement? Selon les trois "véné", François Stifani voulait faire "barrage aux représentants à Monaco de l'American Canadian Grand Lodge et du Grand Orient d'Allemagne" désireux aussi être les premiers à installer une obédience sur le Rocher. 

"Vous vous doutez bien que sa réponse ne pouvait être que négative"

Dans cette course de vitesse, François Stifani souhaite surtout initier le prince Albert II. L'Express a pu se procurer le courrier qu'il lui adresse le 3 mars 2009: "Je me permets de vous faire la proposition d'occuper la fonction de grand maître de la future Grande Loge régulière de la principauté de Monaco, lui écrit-il. Nous aménagerons les conditions d'une initiation secrète, où ne seraient présents que des officiers de votre choix et des hauts dignitaires de mon obédience dignes de confiance." Et le Français de proposer au prince Albert II une entrevue, en Principauté ou à Paris, au sujet de laquelle "nous respecterions la plus grande discrétion", souligne-t-il.  

Hic : le prince Albert n'a pas du tout envie de saisir cette "opportunité". "Vous vous doutez bien que sa réponse ne pouvait être que négative", affirme un conseiller du palais. François Stifani avait pourtant souligné dans sa missive que la GLNF prescrit la "soumission aux souverains et chefs d'Etat qui protègent la franc-maçonnerie" et que le grand maître de la Grande Loge unie d'Angleterre est le duc de Kent. Rien n'y fit. "Le prince n'a pas une bonne opinion des réseaux secrets", confie un de ses amis. 

Après ce camouflet princier, François Stifani a renoncé à son projet de consacrer la GLNRPM comme une véritable obédience, au grand dam de Boisson, Nicolas et Pastor. "Cela n'a rien à voir avec l'absence de réponse du prince Albert II à ma proposition de pure courtoisie, précise-t-il. Ces trois frères n'avaient pas initié suffisamment de Monégasques."  

Pour les intéressés, cet argument n'est qu'un faux prétexte: "Nous ne comprenons pas les raisons pour lesquelles, conformément à nos accords, l'autonomie de la GLNRPM n'a pas pu être consacrée." Après cet échec, les frères monégasques sont désormais en contact avec d'autres obédiences, hors de France, qui leur ont proposé de se substituer à la GLNF. A se demander si François Stifani, arrivé à Monaco comme un ouragan, n'y est pas devenu persona non grata. 

 

 

Source l'express

Publié dans GNLF et la Presse

Commenter cet article

Pierre-Paul Battesti 24/02/2011 19:19


Salut mes Frères,

Que penser... si une fausse information se retrouve dans une lettre et du fait des autres éléments qu'elle contient ?
Que tout le reste risque d'être faux ?
Que ceux qui ont écrit sont des menteurs ?
Je trouve cela affligeant car malhonnête, comment rester en dehors ?
Moi je n'y arrive plus, et je ne suis pas un adepte de la radicalité...
Je laisse mes pensées entre nous...
J'étais à Monaco invité car ami proche de Franck NICOLAS secrétaire de la nouvelle Grande Loge Nationale de MONACO, au fait de comment et pourquoi les choses se sont passées... et s'attribuer un
succès ainsi est outrageant pour nos Frères monégasques.
C'est la première fois que je m'exprime ici, et sûrement pas le dernière !


Consécration de la Grande Loge Nationale Régulière de la Principauté de Monaco
Le samedi 19 février, la Grande Loge Nationale Régulière de la Principauté de Monaco est née de la volonté conjointe de la Grande Loge Unie d'Angleterre, de la Grande Loge Unie d'Allemagne et de la
Grande Loge Nationale Française.
De nombreuses délégations de Grandes Loges amies, ainsi que trois cents Frères de la G.L.N.F accompagnaient les TRF Jean-Charles Foellner et Jean Boissière et ont contribué à faire de cette
consécration un évènement marquant. On se félicitera de voir les destinées de cette Grande Loge confiées à d'anciens Vénérables Maîtres et dignitaires de la GLNF.

Cette manifestation a également été l'occasion de fructueux échanges d'une très grande convivialité entre les responsables des Grandes Loges présentes et les TRF Jean-Charles Foellner et Jean
Boissière, représentant la GLNF.