C'est fini...

Publié le par Le Myosotis Corse

La GLNF n’est aujourd’hui plus rien. Juste un outil administratif au service d’un état et d’un groupe d’hommes décadents et ayant perdus tous contacts avec la réalité d’un parcours aussi pur que celui que propose la franc-maçonnerie.

Ce qui nous est donné en spectacle est pathétique et les souvenirs que laisseront ces bassesses seront pour le moins méprisables et de nature à amplifier une réputation d’affairistes, de magouilleurs en tout genre et de tordus.

Il est proprement invraisemblable de pourrir aussi médiocrement un outil qui aurait du être propice au développement, à la progression, au dépassement de soi et au détachement des choses matérielles.

Après quinze années à essayer de comprendre, à tenter de prendre le recul nécessaire, à trouver des excuses à ceux qui semblaient s’être trompés de voie, à utiliser le pardon et l’indulgence à outrance et à courber l’échine devant ceux qui aujourd’hui pensent être à la tête d’un pouvoir tellement futile, je regrette finalement tout ce temps et toute cette énergie perdus et gaspillés vainement.

Le jeu n’en valait tout simplement pas la chandelle. Il n’y a pas grand-chose à apprendre à cheminer sur un terrain aussi peu propice au perfectionnement. Je regrette oui, d’avoir été autant instrumentalisé, je regrette de n’avoir pas redresser le dos plus tôt, plus vite, plus fort.

Je ne cherche aucune excuse, je suis coupable de cécité volontaire et de laxisme patent. Malgré quelques tentatives réfrénées par les conseils d’anciens qui auraient du être les portes drapeaux de cette rébellion et non, par leur passivité et leur laxisme, les faire valoir de ces voyous, je suis à maintes reprises rentré dans les rangs de ceux qui, comme les trois singes de la sagesse ne voient, n’entendent et ne disent jamais rien de mal. Paradoxe d’entre les paradoxes, Mizaru, Kikazaru et Iwazaru évoquent dans notre cas, le contraire de ce qu’on pourrait leur faire dire. Une situation dans laquelle nous entravons volontairement nos trois sens principaux afin de ne pas prendre de risque. Une forme de lâcheté primaire et indigne d’un homme d’honneur.

Tout n’est heureusement pas si noir et malgré tout, nombreux sont les personnes, qui perdues dans cette masse, restent maître de leur parcours, de leurs valeurs et de leur libre-arbitre. Enorme respect pour ces gens-là, dont la force et le courage n’ont d’égal que leur sens des valeurs et leur optimisme. J’espère qu’au bout du compte, ils parviendront à faire reculer ces escrocs de la moralité, cette meute sauvage et sans scrupule, avide de décorations, de titres et de pouvoirs. Et j’ai envie de leur rappeler cette phrase de l’évangéliste Mathieu, « voici, je vous envoie comme des brebis au milieu des loups, soyez prudents comme des serpents et simples comme des colombes. »

Aujourd’hui tout cela fait partie du passé et je ne retiendrais finalement, que les difficultés à faire le tri entre les différentes visions des choses qui nous assomment et masquent le cheminement lui-même. Les fondements même de la maçonnerie deviennent dès lors secondaires pour la grande majorité des gens. C’est bien dommage car ce qu’on lit dans les devoirs des francs-maçons laisse présager autre chose de plus grand, de beaucoup plus grand.

Les devoirs des francs-maçons de la Grande Loge de France (1899)

Honore le G... Arch... de l’U...
Aime ton prochain.
Ne Fais point de mal.
Fais le bien.
Laisse parler les hommes.

Le vrai culte du G... A... consiste dans les bonnes mœurs.
Fais donc le bien pour l’amour du bien lui-même.
Tiens toujours ton âme dans un état pur,
Pour paraître dignement devant le G... Arch... de l’U....
Aime les bons, plains les faibles, fuis les méchants, mais ne hais personne.
Parle sombrement avec les grands, prudemment avec tes égaux,
Sincèrement avec tes amis, doucement avec les petits, tendrement avec les pauvres.
Ne flatte point ton frère, c’est une trahison,
Si ton frère te flatte, crains qu’il te corrompe.
Écoute toujours la voix de ta conscience
Sois le père des pauvres,
Chaque soupir que la dureté leur arrachera augmentera le nombre
Des malédictions qui tomberont sur ta tête.
Respecte l’étranger voyageur, aide-le : la personne est sacrée pour toi.
Évite les querelles, préviens les insultes,
Mets toujours la raison de ton côté.
Respecte les femmes, n’abuse jamais
De leur faiblesse, et meurs plutôt que de les déshonorer.

Si le G... A... te donne un fils, remercie-le,
Mais tremble sur le dépôt qu’il te confie.
Sois pour cet enfant l’image de la divinité,
Fais que jusqu’à dix ans il te craigne,
Que jusqu’à vingt il t’aime, que jusqu’à la mort il te respecte.
Jusqu’à dix ans sois son maître,
Jusqu’à vingt son père, jusqu’à la mort son ami.
Pense à lui donner de bons principes
Plutôt que de belles manières;
Qu’il te doive une droiture éclairée et non une frivole élégance,
Fais-le honnête homme plutôt qu’habile homme,
Si tu rougis de ton état, c’est Orgueil,
Songe que ce n’est pas ta place qui t’honore ou te dégrade,
Mais la façon dont tu l’exerces.

Lis et profite, vois et imite, réfléchis et travaille.
Rapporte tout à l’utilité de tes frères,
C’est travailler pour toi-même.
Sois content partout, de tout et avec tout.
Réjouis-toi de la justice,
Courrouce-toi contre l’iniquité, souffre sans te plaindre.

Ne juge pas légèrement les actions des hommes,
Ne blâme point et loue encore moins.
C’est au G... A... de l’U... qui sonde les cœurs à apprécier son ouvrage.

PAUSE

Au-delà de ces devoirs qui représentent ce qu’on appelle les landmarks (sortes de repères fondamentaux), le véritable travail en loge est une réflexion progressiste pour le développement morale de chacun de ses membres et pour l'édification d’un temple collectif virtuel pour le bien de l’humanité.

Pour en revenir à l’initiation. Une initiation est un rite qui marque le passage d’un état à un autre. Naissance, puberté, mariage, ménopause et mort. Dans le cas de l’initiation maçonnique, il s’agit en même temps d’un rite funéraire et d’un baptême. Mort et renaissance. La mort est souvent considérée comme un voyage vers un autre monde, un changement de temps, d’espace et de conscience.
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Paracelse 02/09/2011 01:28


Merci mon Frère. (je suis 50% pinzutu)
In casa à me (GLNF) nascì un bellu amore
In casa à me cantava lu rusignolu
Mà so dighjà culori di dolu
U rusignolu nun po campà.


La Truelle 01/09/2011 18:07


Mon Ami,
Je t'aime et t'aimerai quoi qu'il arrive......et je ne suis pas le seul.
Pace e Salute


Shalom 01/09/2011 11:38


Mon très cher frère Corse,
Merci et bravo!
J'aurais aimé écrire ce texte tant il correspond au sentiment profond que j'éprouve depuis des années.
Mon âme a tressailli à la lecture de ton texte car elle est ajustée au même diapason que le tien.
Merci de m'avoir révélé avec tes mots ce que mon âme ne parvenait pas à identifier.
Je t'embrasse fraternellement et te souhaite la paix dans ton ceour.
Shalom, Salam, Pax Vobis